Qui suis-je ?

Je suis née en septembre 1985 dans les quartiers nord de Marseille.

Mes parents sont originaires de Nador dans le Rif marocain, je suis aujourd'hui maman de deux petits garçons de 4 et 5 ans, nés à Nice où je vis depuis mes 17 ans. 

Je me suis engagée dans le monde associatif et militant après la naissance de mes enfants. J'ai sans doute pris conscience à ce moment là qu'il ne suffirait pas d'être dans la critique mais que la construction était essentielle pour espérer leur offrir un avenir meilleur. 

L'histoire familiale a vraisemblablement orienté mes combats. Le meurtre raciste de mon oncle Lahouari Ben Mohamed par un CRS en 1980 avait été très médiatisé et était l'un des points de départs de "La marche pour l'égalité et contre le racisme" en 1983. J'ai pu, notamment à travers des livres et articles de presse, réaliser à quel point on avait laissé s'installer en France, un système discriminant et inéquitable.

 

En 2014, nous avons fondé, avec d'autres niçois, la Fédération des Musulmans du Sud au sein de laquelle j'ai été porte-parole et secrétaire générale. J'ai pû, durant mes mandats, m'investir dans la lutte contre l'islamophobie et les atteintes aux libertés de la communauté musulmane notamment à travers la triste polémique sur le burkini pendant l'été dernier. J'ai quitté mes fonctions fin 2016 parce que je considère qu'il ne peut pas y avoir de lutte sans convergence. J'ai préféré élargir mes combats et me consacrer librement à défendre mes convictions et mon modèle d'égalité.

 

Habiter en Zone d'Education Prioritaire, être issue de l'immigration, être binationale, être une femme, être musulmane, être mère divorcée, c'est savoir que chacune de ces composantes est un facteur discriminant. J'en ai fait une force et c'est pour cette raison que l'expérience et le parcours qui sont les miens m'ont fait prendre conscience de l'importance d'une dynamique collective.

Notre avenir est entre nos mains.